mercredi 13 décembre 2017

Enterrement du nouveau bouc (car nouvelle brebis ça ne va pas ici)

Libé, Jean Luc Vaillant...  Un article intéressant sans plus, mais dont la 'force' vient d'un commentaire terriblement révélateur qui suit.
''L’enterrement de Johnny Hallyday à la Madeleine, samedi, raconte les retrouvailles impromptues de l’Etat français et de l’Eglise catholique. Cela témoigne également de l’entredévoration salvatrice du show-biz le plus fatigué et du christianisme le plus chatoyant, l’un comme l’autre ayant besoin de cette transfusion d’émotions pour ragaillardir leur squelette décharné par la numérisation des affects. On va passer vite sur la canonisation du mauvais larron. C’est un grand classique apostolique que de sauver du gouffre ardent le pécheur éclaboussé par les excès et ayant roulé carrosse dans le stupre et la fornication. Sinon, il n’est pas neutre que la cérémonie ait eu lieu dans un édifice consacré à Marie-Madeleine, prostituée perdue, amoureuse déchue du Christ au tombeau. Cette église est aussi celle des comédiens et des bateleurs, longtemps promis à la fosse commune et qui désormais font entendre leur musique profane jusqu’au cœur du classique cérémonieux, revitalisation croisée oblige.

Johnny est tout le contraire d’un saint. Et c’est pourquoi la mécanique de récupération est si huilée de contradictions résolues. L’idôlatré a eu beau dire qu’il était né catholique et qu’il mourrait idem, il était surtout buveur et noceur, sniffeur et coureur, nombre de fois marié et divorcé. Mais ce que l’Eglise a aimé, ce sont les gages donnés par la canaille sur le retour à la vieille maison devenue tolérante à force de voir dépeuplés ses confessionnaux. La lourde croix arborée par le chanteur sur certaines scènes s’est vue dupliquée sur les visuels flanquant la basilique. Elle était surtout portée au cou par sa veuve blonde, témoignage de moralité posthume donné par celle qui marchait derrière le cercueil entourée de ses fillettes adoptives. Rome préférant cette réponse «naturelle» à l’infertilité et mettant à l’index les démarches autosuffisantes et scientistes que sont la PMA et la GPA. (Ndlr, là, ''Rome'' a raison qd m!)

Le plus intéressant dans cette cérémonie est qu’elle témoigne de la difficulté de la République à imaginer des codes et des rituels en matière funéraire. La mort reste la chasse gardée de la religion, même si on applaudit désormais la sortie du cercueil et si chacun joue sa partition éplorée au-delà des cantiques référencés. Face au jansénisme protestant, au silence judaïque et à la prudence d’un islam controversé, le catholicisme sait faire valoir ses atouts historiques pour emporter la mise au sein de la société du spectacle. Il peut compter sur son patrimoine immobilier chamarré, sur ses tenues d’une excentricité gender comme sur ses objets du culte dorés sur tranche.
Cou enrubanné d’une fraise en cachemire noir, Macron a fait le métier rassembleur sans agenouiller le pouvoir temporel devant le spirituel, quoi qu’il lui en ait coûté. En ce 9 décembre, journée de la laïcité, il a pris la parole aux marches de l’église et non dans le chœur consacré. Et, il s’est souvenu au tout dernier moment qu’il n’avait pas à manier le goupillon et à balancer son eau bénite à tout-va. Le Premier ministre et le président du Sénat ont fait de même, se contentant d’une stricte inclination face à la dépouille. Et les rares people de gauche qui passaient par là, François Hollande le premier, se sont dispensés de ce geste de vassalisation, se souvenant que l’Etat s’était séparé de l’Eglise voici plus d’un siècle. Mais ils ont bien été les seuls à ne pas y sacrifier et à ne pas sanctifier l’évadé fiscal et suppôt de la droite la plus classique, qui n’aura été hippie que le temps d’un «summer of love», totalement oublié.
Salué par les officiants en grande tenue et les enfants de chœur, le trépassé est remonté dans son corbillard, qui n’était pas vraiment celui des pauvres tenus en lisière du carré VIP de la Madeleine. Puis, entouré de sa noria de Mercedes noires quasi maffieuses, l’ex-idole devenue ange de miséricorde est partie vers son dernier exil tropical.''

_________________
Le commentaire (majuscules de moi)
''Je me marre... visiblement Luc le Vaillant, (....) n'a pas apprécié que les FRANÇAIS rendent un dernier hommage à Johnny, il n'a pas apprécié non plus qu'une FRANCE BLANCHE transcendant les classes sociales, qu'il est de bon ton de qualifier de rance, se réunisse à un million sans casser une vitrine, sans brûler une voiture, sans molester un policier. Du coup, ça s'est vu que quand LA NOUVELLE FRANGE fait partie des AGAPES, ça se passe beaucoup moins bien. Alors, il est JALOUX, très jaloux, aigri. Il traite Johnny de fêtard et de fornicateur, il n'a pas dû savoir séduire autant de jolies femmes que lui, il n'a pas non plus son talent, ni son aura. Laetitia a sans doute le tort de ne pas être voilée, ni ACCESSIBLE à un PETIT PLUMITIF, alors il enrage. La Madeleine non plus, comme Eglise, ça ne lui va pas. Gageons tout de même qu'il n'habite pas avec la richesse de Trappes ou de Bobigny. Bref, un million de gens DIGNES ET BIEN ÉLEVÉS, ça l'emmerde, trop de contraste sans doute avec les GENS QU'IL FRÉQUENTE  (ndlr, la racaille ?) alors il écrit ça, ci-dessous et Libé publie. Le gauchisme n'est plus une maladie, ça devient une tare...''

-------------

Le mot de la fin, magistral et concis, de Gérard Amate : 
''Johnny connaîtra le paradis, en tout cas fiscal, puisqu'il sera enterré à St-Barth, où l'on n'est pas soumis à la TVA ni aux droits de succession. Fidèle jusqu'au-delà du tombeau, au rock 'n roll et à l'évasion fiscale, il méritait bien cet hommage que lui a rendu, au nom de la beaufitude française, le président de notre République bananière, Emmanuel Macron.''

dimanche 19 novembre 2017

Qu'est ce qu'un militant ? svt, un escroc

Qu'est -ce qu'un militant? C'est souvent quelqu'un qui est parti d'une prise de conscience de la misère et de l'injustice, a tenté de se battre contre, seul d'abord ou en petit groupe.... jusque là tout va bien... puis a rejoint ou a été recruté par un groupe de 'pro' qui lui ont offert aide ... mais aussi instruction, technique, ligne idéologique, stratégie, et m coaching.. si bien que petit à petit il en est venu à ne plus se battre CONTRE la misère et l'injustice MAIS POUR le parti, le groupe, le chef parfois, ça revient au même non ? Non, pas tjrs....  jusque là ça glisse mais bon, la fin justifie etc... Puis petit à petit il s'est vu formater pour canaliser sa révolte contre CERTAINES misères et injustices et en  occulter voire justifier d'autres peu profitables (selon le.s chefs).. et là ça ne va plus*... Et on peut aussi aller plus loin : il peut être conduit à AGGRAVER OU SUSCITER des misères et injustices -mobilisatrices- afin d'achalander la boutique. Pour ca, il lui faut des œillères. Ms ce n'est pas cher la paire. C'est ainsi que des militants ouvriers de province découvrent la misère des vieux à Paris ... ce que tout le monde SAUF EUX connaît. Paradoxe.
* C'est ainsi qu'un mvt qui se dit égalitaire féministe ne dit pas mot sur un sinistre personnage prémusézinnocent accusé de viols etc... pas ds la ligne.
(Ceci vaut stt pour les partis de gauche et ou engagés humanistes écolos, les autres ne se donnent m plus la peine de cacher qu'ils st là pour le profit et basta..)
 Donc un parti politique de gauche qui prétend vouloir améliorer le sort de certains en réalité se sert d'eux pour se promouvoir, le profit ou du moins celui de ses chefs.

Marie Soph découvre la misère des vieux à Paris

Marie Soph (FI) découvre la misère des vieux à Paris... et se trouve bouleversée ; à Paris,  elle a vu ce que hélas je vois tous les jours où presque, une vieille femme affamée demander des biscuits à un gus. Une femme s'exprimant bien précise-t-elle, surprise, et apparemment bien mise. 70 ans. (Ndlr, mon âge dans 6 mois.) Elle ne veut pas d'argent, juste manger... ''Mais comment peut-on en arriver là, quelle détresse ...'' s'interroge-t-elle. Elle lui donne tout l'argent qu'elle a sur elle, puis prend son métro, l'abandonnant sur le quai. Culpabilité (sonnez le cor, trompette sourde, mode mineur).. c'est une fille sympa. [Avec qui il m'est arrivé de communiquer brièvement et apparemment à sens unique, (comme svt avec les militants qd on est un électron libre et konsaitpastropcekonpeutapporter ou pas.) ]
HL : --- Comment est-ce possible ? Tu rigoles ou tu ne lis pas ? C'est presque mon cas."
---- J'ai 5000 contacts, tu imagines bien que je ne vais pas sur les 5000 murs''
----- Quelle condescendance ma chère! Alors avec 13 millions de vues rien que sur G+, tu imagines aussi je suppose que je ne vais pas me fourvoyer sur ton 'mur' comme tu dis... hé mais si au fait ! qd même.... pas snob je suis. Par ailleurs le coup du cétypadieupossibledetelles zhorreurs, qd on les VIT plus ou moins soi même... est un peu... disons agaçant. Non, triste. Contre productif. On se sent pestiféré. Exclu ms cette fois à la puissance 'n', cad exclu par des pro de l'anti exclusion. Je t'invite tu comprendras. Ou plutôt non.''
Et il y a une suite.. pire.
---- Pourquoi je serais condescendante envers toi  ? Je te connais pas (!) donc je ne te suis pas - c'est tout - par contre que tu vives dans la misère est une horreur absolue et j’en suis désolée.''
(On observe ici dans les 2 phrases le mixte le plus haïssable qui soit., d'un coté le ''je ne te connais pas'' -du reste inexact- cad la mise à distance hautaine -style j'ai autre chose de mieux à foutre-  ET la compassion mode américaine (qui ne mange pas de pain) guimauve larme perlant ''je suis désolée''... 
La grippe peut être qui n'est pas encore finie ? j'en ai presque pleuré.
---- Non ce n'est pas une horreur absolue que de vivre ds la misère, (ça peut presque être un 'choix' si l'on peut dire, un choix nécessaire disons), ce qui l'est, (mais heureusement le cas est rare), c'est L'INDIFFÉRENCE de gens comme toi, je n'entends pas ''indifférence'' au sens ''je m'en fous'' ms pire, je n'ai pas VU, je ne SAVAIS PAS, comment cela est-il possible... (et comme je ne vous connais pas, je ne vois pas... ms je suis désolée c'est une horreur etc...)... (de plus, si ma chère, 'on' se connaît et tu le sais très bien revois tes mp si tu as mauvaise mémoire.) Et at à ta compassion... bref tu as compris la suite...

VOILÀ POURQUOI LES ENGAGÉS QUI SE COUPENT DE TOUTE BASE POSSIBLE NE PEUVENT QU'ÉCHOUER.  CEUX LÀ MÊME POUR QUI ILS SONT CENSÉS SE BATTRE, ILS NE LES CONNAISSENT PAS, N'Y TIENNENT PAS ET LES MÉPRISENT OUVERTEMENT. JE CROIS QUE JE PRÉFÈRE LES VRAIS. Avec ceux-là au moins on n'est pas déçu.

mardi 24 octobre 2017

Mais 68 et l'exploitation des enfants, pédophilie, contre verse

Suite de l'article ... suivant ! Les blogs c'est chiant !

A propos de l'article de Solveig qui rapporte son enfance faite de viols , bouleversant, et d'un commentaire incriminant ''des soixante huitards drogués'' (qu'auraient été ses boureaux) corroboré par un autre plus soft, je bondis. Et j'ai peut être en partie tort. Le fil.
----- Tu écris que tu as  ''ENTENDU des tonnes d'histoires de ce genre''.. (ndlr, de pédophilie, après ou pdt mai 68) ... donc pas directement vues, (tu peux donc être jeune enfin je veux dire bcp plus que moi.) Or moi, ces 'expériences' (mai 68, grèves, manifs...) je les ai  DIRECTEMENT VÉCUES (ASSEZ PEU D'AILLEURS) et c'est complètement différent ... Et jamais, je n'ai vu ''ça'', ni de mon fait ni du fait de potes fort nombreux, ni même entendu parler ! Au contraire même. (Un certain puritanisme était de mise, je trouve, stt chez les anars). Ceci étant, il peut y avoir eu des cas en effet, ms APRÈS, de RÉCUPÉRATIONS, comme tjrs ! de ''ce qui marche à fond''', à des fins de lucre ou de jouissances perverses ou les 2...  Ms on pouvait qd m le discerner et le contrer, j'avoue ss parfois bcp d'efficacité, ex l'Ecole en bateau ou ce genre de trucs où un gus, riche ou plein d'entregent, parfois charismatique, au discours bien rodé, pouvait abuser des gens m en ppe top niveau, qui payaient (fort cher !) pour leur confier leurs enfants. .. qu'ils violaient (et non ''abusaient''.) Je l'ai dénoncé in live à l'époque ds une structure libertaire ou qui se voulait telle où j'ai bossé, qui avait été infiltrée par un type de cette veine, médecin, nettement plus âgé que nous et qui petit à petit a pris toute la place ... ss être suivie je dois dire, ou à peine (je suis partie). Des salopards qui font feu de toutes culottes petit bateau, il y en a partout ... ms il est vrai que la structure par exemple  de l'Ecole en bateau s'y prêtait... Il y a eu aussi le.s cas 'écolo-gourou' retour à la nature proposant...  stages, (cours, produits, puis appartements!) à prix d'or, -une clientèle très friquée- pour ''apprendre à des enfants citadins 16 ième la vie ds la nature,''' (et bosser qd m au défrichage, c'est bien le travail manuel...  puis à la boutique, c'est bien de se colleter à la vie réelle !  etc.. ) ... et viols si affinités ms attention, CONSENTIS ! (une sale histoire -entre autres ? Je ne sais pas- qui n'a jamais été véritablement justiciée ou a minima, et finit très  mal) ... Le ''Corral'' aussi etc etc... Ms ça c'était APRÈS, le fait d'une sorte de vague d'opportunistes affairistes QUI AU DÉPART N'AVAIENT RIEN À VOIR AVEC MAI 68 ms ont très vite vu le créneau  .... à long terme ! (jusqu'à nos jours d'ailleurs) et ont su s'y infiltrer ss se faire repérer. On ne peut éviter, ds un mouvement libertaire (ou m autre) que des salopards flairant le parti à en tirer s'y incrusten et en fassent leur beurre en exploitant maltraitant les autres.. (Et des années après, QUI va se souvenir de qui faisait quoi, de qui étaient ces gens -totalement inconnus- par rapport au mouvement dont ils peuvent éventuellement se réclamer, ouvertement ou de facto? Ce qui permettra en toute bonne foi de mettre ds un m sac en Seine tous les dits ''SOIXANTEHUITARDS'', encore un terme  agaçant, exaspérant, car vague, dénué de sens... qui permet à quelques .... salopards, voire fachos,  de prospérer encore sur ce créneau avec la complicité involontaire de gens plus jeunes qui finissent par tenir les m propos ss s'apercevoir pour qui ils roulent. NON, MAIS 68, DU MOINS DS LE MIDI, CE N'ÉTAIT PAS ''ÇA'' ! Ms ensuite, oui, on a eu quelques cas de gourous pédophiles ou assimilés qui ont glorieusement prospéré à l'abri, pratiquement, de toutes poursuites, du moins pour certains, longtemps, jusqu'à présent. Peut être le hashtag libèrera-t il aussi des victimes, même s'il est trop tard pour que ce soit justicié ... ms c'est qd m important ! ? 

 ---- Je suis, Hélène, née en 1948 j'avais 20 ans en 68  je me souviens de cette ambiance "interdit d interdire" la sexualité avec les enfants (daniel cohn bendit)  je lisais libération chaque jour dont serge july laissait publier les petites annonces pedophiles ... ca me choquait mais j'étais la seule apparemment. je l' ai vécu en directe mais j'ai pas senti de puritanisme.... mais bien cette ambiance ou tous osaient se lâcher tous azimuts, c'était à la mode....!!! 

---- Je suis aussi née en 68... euh,  48,  Virgile ! et ce que tu dis m'interpelle +++: car je ne l'ai tout simplement pas VU ! Plusieurs raisons à celà : 1 ma bêtise indécrottable ( je suis issue d'une mère communiste un peu fana par moments, traumatisée de la guerre, qui m'avait formatée modèle tank sans fenêtres, que j'aurais ensuite repris avec d'autres engagements différents voire opposés). 2 j'étais à Montpellier et je ne lisais pas ou pas régulièrement Libération... et pour te donner une idée de la bonne femme, je m'étais au départ inscrite en faux assez fort ! contre le mouvement (bourgeois, qui allait peser sur les enfants du peuple dont je me revendiquais avec un tout petit peu de mauvaise foi, juste un peu, qui allaient ainsi rater leurs examens etc...) moi qui avais conquis le droit d'étudier de haute lutte, au péril de ma vie ,  et qui ne voulais pas lâcher le morceau. Donc au début je n'ai pas participé volontairement. Ça tombait bien, j'étais amoureuse, ns formions avec J, lui aussi un rescapé (de 'non études' disons) un couple uni qui se découvrait et vivait en vase clos presque sans sortir ! Pour moi j'ai considéré les événements comme l'occasion de prendre un peu de vacances bien méritées ...  Et puis ce fut le coup de foudre éidétique...un peu tardif ! QUI m'a débouchée d'années de stalinisme accumulées et solidifiées sur mon crâne m à seulement 20 ans ? Euh.... j'ai honte, tant pis, Cohn Bendit ('Le gauchisme, maladie sénile du communisme' !) Mais c'était trop tard. Il m'est donc resté, et on arrive au point 3 : le beruf de loyauté envers la révolution éidétique qui s'opéra en moi, libératrice, définitive, ce beruf que j'avais au départ axé  CONTRE le mouvement, fidèle alors plus ou moins au PC de Lydie  (pas totalement qd m, l'ambiance : mecs qui pensent et nanas qui recopient et tirent les tracts à la ronéo à alcool -ÉPUISANT!- ou diffent à 5 h du mat devant les usines m'avait tout de m fait prendre de la distance)....  du coup, je me suis lancée par culpabilité d'avoir si peu agi qd il le fallait vers les mvt anar voire au départ... spontex ! (les 'mao' activistes dissidents des ML 'normaux' tristounets ++++) encore un moyen terme idiot, comme si quelque part je n'avais pas totalement renoncé au stalinisme... puis donc, anar, mon véritable engagement, et enfin, après une histoire horrible dt je parlerai sous peu, version uniquement FÉMINISTE.
Ce que tu dis m'interpelle ++++ parce que ça montre comment on peut ne pas avoir VU, réellement, les choses de la m manière, et pour moi, carrément pas VUES tout court, selon nos lunettes ou oeillères idéologiques... ou tout simplement lieux de nidification, rappelons (je le dis pour tous, toi tu le sais étant de mon âge) que le net n'existait pas, le téléphone, à peine, et que pour aller de Montpellier à St. Machin,  il fallait la journée avec les transports en commun !
Je me suis rachetée ensuite et rétablie intellectuellement, et j'ai donc VU, dans le lycée parallèle où j'ai bossé un temps, ce que je décris ds mon article, et protesté ++++, ms en vain, on m'a traité de petite bourgeoise mal baisée, enfin je simplifie et j'ai finalement abandonné toute activité politique extérieure, sauf féministe et encore....  mais pas l'activité idéologique que mon travail de prof auteure m'a permis d'exercer.
Ouf j'ai fini. Désolée d'avoir été bavarde ms c'est bigrement intéressant d'être théoriquement soi disant sagace intellectuellement ... et d'avoir, disons ? un an ? laissé passé 'ça' ss le voir. Et quasiment occulté l'affaire m maintenant, si tu n'avais pas relevé le gant à juste titre, et merci ! (Ms je maintiens que cela dépendait aussi des lieux et que peut-être le Midi n'était pas Paris ? Note tt de m que les gens que je dénonce ds mon article étaient pour la plupart des parisiens ou assimilés qui avaient saisi le créneau et étaient venus s'installer chez 'nous' après avoir acheté pour des clopinettes des maisons et terres qu'ils ont rentabilisées +++++ ainsi - écolo, stage, art parfois, éducation.. sur fond parfois de pédophilie ou d'exploitation d'enfants quasi OUVERTEMENT.) Note encore, décidément je vide mon sac ! que  la DDASS a svt été complice de ces affaires  soit par laxisme, en ne venant pas contrôler, soit par corruption, par des pro qui n'en ignoraient rien ms en bénéficiaient. Anita ( voir 'Le complexe de Stockholm') qui l'avait subi +++ l'avait dénoncé x fois, et fortissimo et personne n'a réagi. Qd je lui ai demandé si elle se plaisait ds le 'lieu de vie' où elle avait été placée après x fugues, errances, petites délinquances, elle m'a répondu, je cite ''Oh, ça va, ils ne me donnent pas assez à bouffer c'est sûr ms NE ME VIOLENT PAS, c'est déjà ça'.... et ceci SANS LA MOINDRE IRONIE. Quand j'en ai parlé (comme elle !) PARTOUT, on m'a rétorqué qu'elle était malade psychique et sa parole délirante. Peut être parfois, ms où est la cause où est l'effet ?
J'ajoute et cela intéressera Corinne que ces placements abusifs (ou pas?) en des 'lieux de vie' ( reculés, toujours! ds la montagne cévenole par ex ici) et presque ss contrôle parfois étaient facturés au prix d'un hôpital de jour, énorme !  Payé aux familles d'accueil .... ce qui laisse imaginer toutes les dérives possibles indépendemment de toute affaire autre. Un pactole énorme, inépuisable.

lundi 23 octobre 2017

Défense de Mai 68

Défense de Mai 68. Suite à un article bouleversant de Solveig qui parle de son enfance et des viols multiples qu'elle et stt sa soeur ont subis, avant qu'elle ne fuie à 14 ans (lien en fin de texte). Un commentaire soudain me fait bondir. Suivi d'un autre plus nuancé. 
-----  Des tarés de soixante huitards pervers et drogués ...
------ Hélas classique dans des milieux "libertaires"- libertins"...
----- Hé ! Libertaire n'égale pas libertin, ils s'opposent ... (Les libertins, branchés cul, au 18 ième où est né le terme, prônaient la jouissance physique ss entraves y compris violente ou perverse cf Sade et l'athéisme ... Les libertaires sont des anar, svt c'est un autre terme pour désigner le mouvement, de divers courants certes ms en ppe pas des marrants. Confondre libertaire et libertin c'est confondre Che Guevara avec DSK.)
----- Ils devraient s'opposer mais ce n'est pas le cas dans la "pratique" (si je puis dire !🤨 ) Malheureusement, j'ai entendu des tonnes d'histoires de ce type, justifiées dans les années 70 par la libération sexuelle dans des milieux politiques de gauche ou d'extrême gauche. Ca commence avec "Interdit d'interdire" et ça termine avec des gamines en gang bang, mais pour leur bien quoi... L'horreur absolue.... Hélas...
---- Tu écris que tu as ''ENTENDU des tonnes d'histoires de ce genre''.. (ndlr, de pédophilie, après ou pdt mai 68) ... donc pas directement vues. Or moi, ces 'expériences' (mai 68, grèves, manifs...) je les ai  DIRECTEMENT VÉCUES (assez peu d'ailleurs) et c'est complètement différent ... Et jamais, je n'ai vu ''ça'', ni de mon fait ni du fait de potes fort nombreux, ni même n'en ai entendu parler ! Au contraire même. (Un certain puritanisme était de mise, je trouve, stt chez les anars). Ceci étant, il peut y avoir eu des cas en effet, ms APRÈS, de RÉCUPÉRATIONS, comme tjrs ! de ''ce qui marche à fond''', à des fins de lucre, de jouissances perverses ou les 2...  Ms on pouvait qd m le discerner et le contrer, j'avoue ss parfois bcp d'efficacité, exemple l'Ecole en bateau ou ce genre de ''structures'' où un gus, riche ou plein d'entregent, parfois charismatique, au discours bien rodé, pouvait abuser des gens m en ppe top niveau, friqués, qui payaient (fort cher !) pour leur confier leurs enfants... qu'ils violaient (et non ''abusaient''.) Je l'ai dénoncé in live à l'époque ds une structure libertaire ou qui se voulait telle où j'ai bossé un temps, qui avait été infiltrée par un type de cette veine, médecin, nettement plus âgé que nous et qui petit à petit avait pris toute la place ... ss être suivie je dois dire, ou à peine (finalement je suis partie). Des salopards qui font feu de toutes culottes petit bateau, il y en a partout ... ms il est vrai que la structure par exemple de l'Ecole en bateau ou toutes structure libertaire MAL COMPRISE s'y prêtait... Il y a eu aussi le.s cas 'écolo-gourou' retour à la nature proposant...  stages, (cours, produits, puis appartements!) à prix d'or, -une clientèle très friquée, toujours!- pour ''apprendre à des enfants citadins style 16 ième la vie ds la nature,''', saine, équilibrée (et bosser qd m au défrichage, c'est bien le travail manuel...  puis à la boutique, c'est bien de se colleter à la vie réelle ! etc.. ) ... et viols si affinités ms attention, CONSENTIS, m à 13 ans ! (une sale histoire -entre autres ? Je ne sais pas- qui n'a jamais été véritablement justiciée ou a minima, et finit très  mal) ... Le ''Corral'' aussi etc etc... Ms ça, redite, c'était, APRÈS, le fait d'une vague d'opportunistes affairistes QUI AU DÉPART N'AVAIENT RIEN À VOIR AVEC MAI 68 ms ont très vite flairé le créneau  .... à long terme ! (jusqu'à nos jours d'ailleurs) et ont su s'y infiltrer ss se faire (trop) repérer. On ne peut éviter, ds un mouvement libertaire (ou m autre) que des salopards flairant le parti à en tirer s'y incrustent et y fassent leur beurre en exploitant, maltraitant les autres.. Et des années après, QUI va se souvenir de qui faisait quoi, de qui étaient ces gens -totalement inconnus- par rapport au mouvement dont ils peuvent éventuellement se réclamer, ouvertement ou de facto? Ce qui permettra en toute bonne foi de mettre ds un m sac en Seine tous les dits ''SOIXANTEHUITARDS'', encore un terme  agaçant, exaspérant m, car vague, dénué de sens... qui permet à quelques .... salopards, voire fachos, de prospérer encore sur ce créneau avec la complicité involontaire de gens plus jeunes qui finissent par tenir les m propos ss s'apercevoir pour qui ils roulent. NON, MAIS 68, DU MOINS DS LE MIDI, CE QUE J'AI CONNU, CE N'ÉTAIT PAS ''ÇA'' ! Ms ensuite, oui, on a eu quelques cas de gourous pédophiles ou assimilés qui ont glorieusement prospéré à l'abri, pratiquement, de toutes poursuites, du moins pour certains, longtemps, jusqu'à présent. Peut être le hashtag libèrera-t il aussi des victimes, même s'il est trop tard pour que ce soit justicié ... ms c'est qd m important ! ?
https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1592725090766357&id=100000866443549